EstMédia-CGT

Réunion CE du 31 janvier 2019
Christophe Mahieu : « y’a quelqu’un qui m’a dit… »

5 mars 2019

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

LER : le chiffre d’affaires (CA) publicité est positif en janvier, ce qui est toujours appréciable pour démarrer l’année. Un chiffre en amélioration par rapport à 2018, notamment tiré par le web qui réalise une belle performance, tant sur la pub régionale que nationale, avec aussi une belle progression sur le papier. Le petit frémissement observé en fin d’année sur le web se confirme donc en ce début d’année. Après avoir œuvré pour obtenir les effectifs nécessaires à ces bons résultats, il serait préjudiciable de casser cette dynamique par des décisions politiques dites « de groupe ».

Cependant, le CA de la vente reste négatif, malgré l’augmentation de prix qui aurait pu atténuer la tendance.

VOM : la situation est assez semblable à Vosges Matin avec un chiffre d’affaires au niveau de la publicité qui affiche même un léger mieux. En revanche, la diffusion est toujours fiévreuse en cette période hivernale, les lecteurs n’ayant visiblement pas digéré le passage au tabloïd.

Web : les chiffres d’affaires des deux journaux affichent une hausse avec un petit avantage pour Vosges Matin qui progresse un peu plus rapidement tant en pub qu’en diffusion.

Heureusement, nous ne sommes pas en visio-conférence avec nos lecteurs numériques (voir par ailleurs).

En préambule…

Relier en visio-conférence Philippe Carli avec les salariés basés dans les agences de L’Est Républicain et Vosges Matin s’est révélé très complexe jeudi, pour des sociétés qui prônentpourtant depuis des mois ledigital firstà tout vent. Pour preuve, beaucoup n’ont pas pu suivre le discours du responsable du pôle presse du Crédit Mutuel. Christophe Mahieu avoue : « je reconnais que les liaisons étaient mauvaises, il faut que l’on rattache un Skype à notre réseau ». Pour autant, lui, il a tout compris et « y’a quelqu’un qui lui a dit… » 

…Concernant Valérie Noël, DRH groupe

Un Christophe Mahieu plus libéré est apparu aux élus de CE de l’EstMedia. En effet, il a abordé les missions de Valérie Noël, la nouvelle DRH groupe, qui va effectuer l’état des lieux des accords d’entreprise de l’ensemble du groupe, lancer la GPEC et gérer la coordination des DRH des différents titres…

…Concernant les nouvelles structures

Toujours aussi libéré, le directeur général a ensuite évoqué le chapitre des nouvelles structures « Ebra Services » et « Ebra Events ». « Si Ebra Events est une coquille vide sans salariés, Ebra Services est appelée à recueillir les services mutualisés ». C’est qui, c’est quoi, c’est où les services mutualisés ?

…Concernant les statuts

Décidément, le vaccin « Carli »a vraiment agi sur Christophe Mahieu qui poursuit son discours sans retenue sur les statuts. « Aujourd’hui, le marché nous impose d’évoluer dans des statuts plus compétitifs. Il faut nous adapter ». En revanche, question langue de bois, Christophe Mahieu reste égal à lui-même.

…Concernant le projet de création de régies

« Il ne faut pas voir la régie uniquement sous l’angle des statuts. La régie a d’autres intérêts », a martelé Christophe Mahieu sur ce sujet qui interpelle. Fort de l’interrogation des salariés, les élus de l’EstMédia ne croient pas à cette version simpliste. Pour eux, le flou artistique entretenu autour de la constitution rapide (fin du premier semestre 2019) de ces régies, cache des transformations profondes.

…Concernant le digital first

Souvent accusés par la direction de freiner le déploiement du digital first, les élus de l’EstMedia CGT ont été surpris que Philippe Carli ne les interpelle pas sur le sujet jeudi matin. Et, effectivement, Christophe Mahieu est apparu plus fébrile sur le déploiement.Il est vrai qu’organiser le travail sans avoir l’effectif suffisant s’avère compliqué. Une hypothèse confirmée par le directeur général qui a tout de même rebondi subtilement : « c’est effectivement une vraie difficulté, mais nous avons fait le choix de monter en puissance progressivement », note celui qui a voulu ne pas paraître comme le vilain petit canard du groupe mais qui, aujourd’hui, par manque d’effectif, n’a plus le choix. Il doit désormais composer et, commed’habitude, présenter une organisation réalisée au doigt mouillé.

…Concernant le nouvel outil industriel

Depuis que « quelqu’un a dit »au directeur général que le projet industriel d’achat d’une nouvelle rotative était viable, bizarrement, celui-ci en parle au présent. Adieu le conditionnel.« Le dossier n’a rencontré aucune difficulté technique. Il reste désormais à finaliser le côté financier et Philippe Carli est dans l’attente de la décision de l’actionnaire », confirme Christophe Mahieu. La revendication portée par l’EstMédia CGT est donc sur le point de se concrétiser.

En conclusion…

Devant les enjeux importants qui se profilent en cette année 2019, « Y’a quelque chose qui dit »que l’EstMedia CGT va tout faire pour défendre, comme il l’a toujours fait, les droits des salariés… Cela ne pourra se faire qu’avec l’engagement de chacun…

Dernière minute

Depuis le début de l’année, certains cadres ne sont plus assujettis à des horaires. Ce problème constaté dans LSRH sera évoqué avec la DRH à la demande des élus de L’EstMédia.