EstMédia-CGT

Réunion CE du 28 juin 2018
Vague de froid sur les CDD

3 septembre 2018

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

LER : on peut noter que les chiffres à fin juin montrent une amélioration du résultat d’exploitation (REX) de 8,93 % comparé à celui de l’an dernier. L’amélioration du REX à fin juillet se poursuit et passe à 11,43 % de mieux. Le chiffre d’affaires est en hausse, du fait de la publicité nationale dont les chiffres progressent grâce à des campagnes notamment sur le mois de juin. De plus, les ventes au numéro ont légèrement profité du résultat de l’équipe de France de football en juillet, mais aussi à des opérations de prospection qui portent leurs fruits, notamment en Franche-Comté.

VOM : la publicité est en baisse, la diffusion aussi. Le chiffre d’affaires à fin juillet est en retrait de 400 K€. Le résultat d’exploitation et le résultat net sont néanmoins positifs à fin juillet. Ce résultat tient compte de la diminution de refacturation due à la baisse du coût à l’exemplaire qui fait suite à l’arrivée du tirage du Républicain Lorrain sur le site de LER.

Web : la hausse du chiffre d’affaires se poursuit sur ces deux derniers mois grâce aux publicités nationales qui ont, sur ce support aussi, fortement progressé.

Rédaction

C’est bien connu, la chaleur est propice aux échanges. Nos entreprises n’ont pas échappé à la règle. Ainsi, durant la période estivale, le Bureau d’informations générales (BIG) basé à Paris a passé commande de temps forts à la rédaction. Oui, mais qui paie qui ? « Si le journaliste est volontaire et accepte de mutualiser, cela ne pose pas de problème et n’occasionne pas d’autres rémunérations », justifie Christophe Mahieu. En revanche, le BIG, quant à lui, refacture ses prestations. Va comprendre…

Autre point sur la table des élus, celui de la couverture des grands événements. Et cette année, le football était tête d’affiche. Malgré l’engagement des équipes rédactionnelles, d’ailleurs reconnu par la direction, pour fournir en temps réel vidéos et diaporamas, les problèmes techniques ont gâché la fête. Smartphones non adaptés, problèmes techniques en pagaille, les réseaux ont surchauffé. « Cela ne fait que renforcer le fait qu’il faut du bon matériel pour aborder le digital first. C’était une expérience et cela nous a servi de test. Je reconnais que nous sommes dans l’artisanat », avoue Christophe Mahieu. Sans parler des contraintes techniques liées à notre outil industriel rigide…  Et le DG d’ajouter : « Il va falloir passer pros ». Et obtenir les deux étoiles ?

Digital first

Contrairement à la période de fortes chaleurs qui s’est répandue sur la France et notamment dans la majorité des agences où les températures flirtaient allègrement avec les 30° dans certains secteurs, une vague de froid semble s’être abattue sur le recrutement de CDD dans les rédactions. Alors que la direction s’était engagée à remplacer un pour un les journalistes appelés à suivre les formations dédiées au digital first, il semble que la règle a changé. A ce jour, seulement 5 CDD ont été recrutés. « Dans un premier temps, ces personnes combleront l’absence des 5 journalistes choisis par la rédaction en chef pour animer les stages « d’agilité numérique » », précise Sabrina Gharbi, DRH adjointe. A l’étonnement des élus, la DRH se défend : « Ce n’est qu’un début. D’autres viendront compléter le staff au fur et à mesure des formations. J’avoue que nous avons des difficultés à trouver des CDD. Je me suis engagée à remplacer un pour un, à condition que nous puissions en recruter un nombre suffisant ».

Apparemment, la pause estivale et la canicule n’ont pas été bénéfiques à la direction. Avec le mois de septembre qui se profile, rien ne change et les engagements pris en juillet fondent comme neige au soleil…

Les élus n’ont pas oublié de rafraîchir la mémoire de la direction en rappelant que plusieurs journalistes venaient d’être mutés ou que d’autres étaient sur le point de faire valoir leurs droits à la retraite, dans les prochains mois, voire les prochaines semaines. Ils avaient oublié la réponse désormais culte du duo Christophe Mahieu-Sabrina Gharbi : « tout sera réglé à la mise en place des organisations liées au digital first ». Pour autant, les élus de l’EstMedia CGT ont insisté sur l’urgence de renforcer dès à présent les rédactions par des embauches en CDI.

Technique

Depuis cinq mois, l’avancement des horaires de bouclage dû au rapatriement des éditions du Républicain Lorrain provoque des problèmes de couverture rédactionnelle.  « Je souhaiterais récupérer le quart d’heure perdu actuellement, et même si côté production, nous sommes prêts, je tiens compte du service des ventes qui rencontre toujours des problèmes de distribution », note Christophe Mahieu. Gageons que tout rentre dans l’ordre rapidement pour la satisfaction des lecteurs.