FILPAC CGT Chapelle Darblay Grand-Couronne

Réunions du mois d’avril 2018

3 mai 2018

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

Reprenez les clés* !

Message d’alerte adressé au Directeur de Chapelle, lors du Conseil de surveillance du 24/04, au siège d’UPM France, à Levallois, en la présence du Président Daniel Schwab, grand ordonnateur en RH et lors du Comité d’Etablissement du 25/04 où la direction est représentée par Mrs Comte (pour les comptes) et Kubiak (pour le vrac**).

*Expression employée quand les détenteurs de ces clés ne savent qu’en faire !
**Tout le reste !

En l’occurrence, face à la situation dramatique vécue par le personnel encore « disponible ».

Vite, un plan d’urgence pour redresser cette situation, avant une catastrophe !

Réunion des Délégués du personnel du 16/04/18.

Nous passons notre temps à réclamer du personnel pour pallier au vieillissement de la population, dans tous les secteurs ! (GPEC)
D’une manière générale, il manque du monde pour que ça tourne convenablement, en prenant en compte l’absentéisme, ce qui n’est pas le cas de l’organisation issue du PSE 2014. (on est en 2018 !)

Autres questions :

Médecine du travail : Un chaînon manquant pour nos conditions de vie au travail en industrie lourde ! (Prévenir certaines pathologies grâce aux contrôles de la tension, du poids, du cœur, par exemple.)
Habilitations automation pour les prod/maint concernées : OUI, mais avec quelle rétroactivité ?

Coeff. Aides-opérateurs Dip : Toujours en discussion.
Respect des protocoles : Absences, congés…(d’où l’information via le règlement intérieur et message direction).
Clarification du bulletin de salaire : Des lignes disparaissent, vigilance. (Réflexion à mener sur les conséquences du prélèvement à la source)
Déplacement machine à sandwichs et cafés, côté atelier : Suite aux dégradations récurrentes, fixer un nouvel emplacement.

Nous rappelons, à l’occasion, que les intérimaires ne sont pas encadrés par des ouvriers mais des responsables, en cas de mouvement social !

 

Comité d’Etablissement du 25 avril.

Le calme avant la tempête ?

Pendant que la Direction déroule le tapis rouge aux représentants d’un pays où la dictature ne dit pas son nom, le personnel, lui, est invité à sortir son plus beau sourire malgré la situation sociale dramatique de notre usine.
Réunion « Organisation » prévue le 17/04 annulée, Encadrement étrangement absent, retour à la case départ !

Nous ne savons plus comment alerter nos dirigeants sur l’absentéisme galopant et les conditions de travail qui en découlent pour les présent-e-s !
Equipes minimum, sans renfort pour certaines, appels au domicile, etc. Irresponsable !

Difficile d’écrire autre chose ! En réunion des Délégués du Personnel, le 16 avril, l’assistante RH ne savait plus à quel saint se vouer, le DRH toujours absent pour maladie, remplacé par le contrôleur de gestion, lui-même remplacé par le responsable logistique/achat…pas facile de trouver sa place dans ce capharnaüm !

Concernant la nouvelle organisation :

        Le document modifié des « tâches annexes » s’est évaporé !

               Des coefficients apparaissent, d’autres disparaissent !

                     Les protocoles se confondent !

Voilà dans quelles conditions nous devons étudier les documents de la Direction.

 

Une date est enfin retenue pour avancer sur cette organisation. 14/05/18. Lecture protocole et coefficients.

Santé/Sécurité Et absentéisme

Le tout étant lié, les conditions de travail et de vie au travail dégradées engendrent la fatigue, l’usure, le ras le bol, se traduisant par de l’absentéisme important. Déjà développé précédemment.

Le constat est le même dans de nombreuses papeteries du groupe et UPM fait machine arrière pour surtout assurer les productions au moment où la conjoncture lui est favorable. Qui crée la richesse, pas les nouveaux algorithmes des services RH, sensés amener les solutions !!!

Intérim.

Conséquence de l’absentéisme important, un coût intérim élevé (71400€) avec 261 journée sur le mois de mars. On n’arrive pas à s’entendre avec la Direction, des CDD nous aideraient plus dans le travail !
Logistique : 92 jours, Production : 127 ( !), Maintenance : 21 jours et Magasin : 21 jours

Commission de maintien dans l’emploi.

Nous avons la chance à Chapelle d’avoir cette commission mais il semble qu’une fois encore chacun travaille dans son coin sans réelle coordination entre les services. Ce qui débouche sur des situations contradictoires, certains, en maladie, voudraient retravailler, sans le pouvoir, faute de poste aménagé, pendant que d’autres travaillent chez eux et encore d’autres, sont en poste avec des restrictions !

Pourtant des subventions existent !

Pas facile, mais on y travaille !

Marche de l’usine.

Productions. 16700t. Il manque environ 1000 tonnes pour être au budget. Tout l’encadrement en connaît les raisons, un manque de coordination entre secteurs.
Brite : 13% de la production, toujours au-dessus du budget en raison des coûts de production ! Quand ce n’est pas le papier c’est l’énergie !
En plus, le personnel se plaint de commandes incohérentes qui aggravent les conditions de travail aux bobineuses. C’est noté !

Très mauvais mois pour la répartition des ventes, mais exceptionnel selon la Direction !

Plusieurs personnes nous demandent de réfléchir à notre communication car celle-ci à un impact, soi-disant, sur les clients. On ne dira donc pas que les résultats de mars sont mauvais, mais ils ne sont pas bons. Désolés !
En outre, pour celles et ceux qui prennent « nos » vessies pour des lanternes, nous disons ceci :

Recréez ce poste Communication qui manque, nous tous ne demandons que ça !!!

Stocks MPR.

25700 tonnes. 13600 chez nous et 10700 sur le port de Rouen.

L’arrêt du Centre d’Affinage pendant presque un mois occasionne à nouveau du stockage sur le parc…manque de coordination ?

Le CHSCT n’a pas été invité, lui, à visiter un autre centre, en Allemagne !

Investissements.

Les mêmes listes sont présentées aux décideurs, qui sont-ils, que font-ils, que font-elles ? Mystère !

Robot emballage, Réservoir d’eau de secours, Chouleur, enrobé devant le C.A, pour les plus onéreux. La liste s’allonge.

Houlà, dernière minute !

La Direction communique les résultats du mois d’avril qui sont nettement
meilleurs…économiquement parlant !

CHSCT.

Réunion du CHSCT Exceptionnel suite au droit de retrait.

Rien de transcendant ! pas de plan d’urgence prenant en compte l’usure du personnel du service électrique, nettement sous-dimensionné pour une papeterie. Les responsables restent sourds à nos demandes…et celles du personnel !

Même si cette position dérange, nous signons ! OUI, il est préférable d’arrêter les installations avant un drame. Nous rappelons que le site Saipol de Dieppe, ne redémarrera peut-être pas !

Certains ne sont pas que sourds, aveugles aussi !!!

Extraits : Paris-normandie.
« L’usine Saipol de Dieppe est « à l’arrêt pour une période qui peut être de plusieurs mois », selon Avril. La plupart des 40 salariés sont au chômage technique, selon la même source.

Suite :

 « L’opération visait à permettre à la chaîne de production de repartir, selon le parquet. Celui-ci a ouvert une information judiciaire contre X pour « homicide involontaire par violation manifestement délibérée d’une obligation particulière de prudence ou de sécurité ».

Interrogée dans le studio TV de Paris-Normandie mardi dernier, Fabienne Buccio, la préfète de Normandie/Seine-Maritime, a assuré que l’enquête sera menée « avec beaucoup de minutie. Nous devons d’abord toute la vérité sur l’accident aux familles des deux victimes. »

Nous assumerons nos responsabilités, comme de coutume, au cas où !

Tout le monde est prévenu.

Réflexion encore : « On » ne serait pas « capable » d’arrêter pour préserver l’humain alors qu’on le fait pour le matériel ?

Autres sujets CHSCT en cours : Accueil chauffeurs, mise en sécurité de notre PM3 (avant que tout disparaisse, tournée chsct le 31/05.)

Ah oui,  un mot sur les effectifs, 213, il manque encore une dizaine de personnes, tous secteurs…(Cela permettra de soulager les maux et aux malades d’espérer réintégrer les troupes dans de meilleures conditions.)

Conseil de surveillance du 24 avril, Paris-Levallois, siège d’UPM France.

Le Président, Daniel Schwab, après notre alerte sur la situation sociale des deux sites, Levallois et Chapelle, reconnaît qu’il y a un problème dans de nombreuses usines d’UPM et nous informe qu’un plan RH est en cours de mise en place. Amen. (Vous direz deux fois la prière du jardinier de Dieu)

Après le 1er mai…

Le 1er mai est une journée de mobilisation, de lutte et d’expression revendicative pour les droits des travailleurs, le progrès social, la paix, la démocratie et la solidarité internationale.

C’est aussi l’occasion de poursuivre la lutte engagée pour l’augmentation des salaires et pensions, la protection sociale, le service public et des garanties collectives de haut niveau.

Depuis plusieurs semaines, de nombreuses luttes sont menées sur l’ensemble du territoire.

On recense également de nombreuses luttes dans diverses professions, dont beaucoup sont victorieuses : transports urbains de Metz, agents territoriaux de Tours Métropole, SKF à Valdunes (59), …

Ces dernières démontrent que le « Tous ensemble » n’est pas qu’un slogan et que la lutte paie : l’alternative est possible.

Le gouvernement et le patronat ne peuvent continuer de faire la sourde oreille aux nombreuses revendications, contre les reculs sociaux imposés au nom de l’austérité et pour un autre partage des richesses.

C’est pourquoi la FILPAC-CGT appelle, dans l’unité la plus large, les travailleurs des secteurs de l’Information, de la Communication, des Industries Papetières, de la Culture et du Spectacle à poursuivre la lutte après le 1er mai, pour porter leurs revendications dans un monde de progrès social.

Grand-Couronne, le 2 mai 2018.