FILPAC CGT Chapelle Darblay Grand-Couronne

Entrevue avec Winfried Schaur, Vice-Président Paper ENA

12 février 2018

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

Un million d’euros, maintenant !

Il est de coutume, quand nos Responsables, Présidents et autre vice-présidente, visitent notre belle usine, que nous les rencontrions. (présents : M. De Barros, C. Desprès, J-F Gabala et A. Dauxerre pour les Cadres)

Sur la lancée revendicative de la fin de 2017 et le début de 2018, les échanges ont été directs. Nous ne sommes pas là pour boire du thé, même du 1336, et manger des biscuits, même des madeleines Jeannette !

Pas d’engins devant la porte, pas de délégation mais une présentation détaillée de la situation de notre usine.

Et comme nous sommes bien élevés, c’est W. Schaur qui prend la parole pour rappeler le contexte 2016/2017 avec la fermeture de plusieurs machines et des conséquences positives, poussées par la reprise économique. (Ajoutons que nous refusons des clients ! incroyable, non ?)

Toutes les machines ont un coût d’opération positif.

Il précise que l’objectif 2018 est la couverture de toutes les machines. (Ajoutons qu’en fermant plus d’unités qu’il le faut, c’est plus facile !)

La baisse du prix des matières premières et la hausse du prix de vente du papier feront une bonne année.2018-on-lache-rien

(Ce que nous écrivions dans le dernier bulletin, environ + 7 millions pour Chapelle, ou UPM ?)

 Se référant aux indicateurs de marche de l’usine, tableau à l’appui, il est venu comprendre pourquoi ils ne sont pas bons. (Ce que nous écrivions aussi.)

Question cash de sa part : Travaillons-nous bien tous ensemble à Chapelle. (Nous vous laissons imaginer nos réponses !)

 De notre côté, nous l’informons sur le droit de retrait du 24 novembre, qui doit être pris comme un S.O.S et la délégation du personnel (40 environ) reçue le 23 janvier, en préambule de la séance du 1er Comité d’Etablissement de l’année où le personnel informe le Directeur qu’il ne revivra pas une année noire supplémentaire.

  • Problèmes de management.ceEM26janv4
  • Relationnel entre les Cadres.
  • Manque de moyens humains et financiers.
  • Absence de Gestion pour les futurs départs en retraite.
  • Pas de plans de formation depuis 3 trois ans. Lenteur des recrutements.
  • Maintenance.

Tout ceci est perçu par le personnel, comme la fin annoncée de l’usine et si 2018 doit être une bonne année, elle ne le sera qu’avec un personnel qui retrouve confiance, motivation pour produire un papier de qualité.

C’est tout ce qu’il nous reste actuellement, la conscience professionnelle du personnel, de tout le personnel. Mais cela ne suffira pas, preuve en est avec l’absentéisme important.

Ce que nous avons mis en avant pour demander l’argent qui manque à l’usine pour la remettre en état.

Le plancher de la machine 6 est peut-être propre quand les Dirigeants passent mais l’arrière cuisine est dans un piteux état, du bâti de la machine en passant par sa toiture et au réseau incendie, par exemple.

D’où notre demande appuyée d’un million d’euros, maintenant !

 

L’humain au cœur des choses…ouestmedia1fev18bis

Du cœur à l’ouvrage…

Ça nous tient à cœur…